Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > CHAPITRE 1 – Apprentissage des ballet boots pour Elsa

CHAPITRE 1 – Apprentissage des ballet boots pour Elsa

Elsa a rencontré Kevin la semaine dernière dans une club discothèque parisienne. Elle était venue seule et avait tout de suite remarqué Kevin, il était avec une bande de copains et copines, et elle ne s’est pas privée pour le draguer. Ils ont commencé à échanger quelques banalités puis Elsa a rapidement fait porter la conversation sur le fétichisme, ce qui était loin de déplaire à Kevin. Elsa l’a en particulier branché sur les tenues sexy et surtout son fantasme des hauts talons, il est clair que Kevin semblait partager la même passion. 

Ils se sont échangés leurs numéros de portables et Elsa a proposé à Kevin de le revoir le lendemain pour discuter au calme.

Après une courte nuit, Elsa se prépare pour rendre visite à Kevin, elle opte pour une tenue décontract, jean, petit pull noir et converses. Elle ajuste sa tenue devant la glace avant de partir. Pas terrible et pas vraiment sexy pour brancher Kevin. Une idée saugrenue la traverse, si elle osait ?, chiche, elle est sure qu’il adorera … pourvu que Karine soit là, sa copine Karine qui possède tout une collection de fringues des plus sexy et osées.

Un coup de fil, yes, elle est là, quelques mots d’explication et Karine lui propose de lui préparer la tenue ad-hoc, mais à une condition, elle doit la porter quoiqu’elle en pense… Cette condition inquiète un peu Elsa et elle essaie d’imaginer pendant le trajet la tenue choisie par sa copine.

Quelques stations de métro plus tard elle arrive chez Karine et est rapidement fixée sur ce qui l’attend, mais elle a promis de porter la tenue …

Elle n’avais pas imaginé porté un jour pareil accoutrement, presque pire que d’être nue, impossible d’être plus provocante, et elle n’avait pas tout vu, quand Karine lui propose les chaussures, des ballet boots avec les talons interminables, c’est un mélange de crainte et d’excitation d’avoir à les porter. Mais Kevin allait forcément adorer, elle se ragaillardi et se résigne à porter la tenue, de toute façon, elle n’avait pas le choix.

Mais les choses se compliquent, c’est la première fois qu’elle est chaussée ainsi, et … impossible de marcher … Karine doit l’aider.

mo01.jpg

Karine avait prévu pour corser la chose de laisser Elsa se rendre seule chez Kevin, non sans l’avoir accompagnée à la bouche de métro la plus proche …

Karine a l’air visiblement contrariée de devoir revoir son plan, mais bonne copine propose de l’accompagner  en voiture.

Elle la dépose devant l’immeuble de Kevin, et Elsa parcours les quelques mètres qui lui restent d’un pas titubant, observée avec intérêt par un groupe de jeunes rassemblés devant l’entrée, sa tenue les laisse sans voix, pas un commentaire, pas une raillerie, elle fait vraiment de l’effet…

Elle prend l’ascenseur et sonne à la porte de Kevin. Il l’attendait avec impatience et n’a pas l’air surpris par la tenue, juste un timide « whaouu ».

Elsa vacille sur ses talons et Kevin est obligé de la soutenir pour pénétrer dans l’appartement, ce qui n’était pas pour lui déplaire.

mo02.jpg

Il la complimente son allure, une vraie lady, surtout avec ses impossibles chaussures, mais elle ne sait pas marcher avec, quel dommage… surtout que l’idée de la sortir ainsi commence à lui traverser l’esprit, et pourquoi pas en discothèque ce week end …

Il en discute quelques longs moments avec elle, et elle semble convaincue par l’idée, sortir ainsi, et avec Kevin, à se pavaner dans la boite, super génial. Aussi, quand il lui propose de l’aider à apprendre à marcher correctement, elle finit par accepter. Il lui promet qu’elle apprendra vite, mais à condition de la laisser faire et de na pas poser de questions, résultat garanti.

« Avoues tout de même que les hauts talons affinent la silhouette !!! Quand tu auras appris à marcher correctement, tu pourras sortir comme çà, aller au ciné, faire ton shopping, sortir en boite … ». « Juste le temps de préparer le matériel nécessaire »

« Matériel nécessaire !!! » Elsa est à la fois curieuse et inquiète, mais elle a promis de le laisser faire, et si elle veut continuer de sortir avec Kevin …

  

La préparation commence, Kevin lui fixe un étrange disque de bois en 2 parties autour de la taille.

mo03.jpg

Puis il emprisonne son buste dans une sorte de tube qu’il fixe soigneusement au disque de sa taille. Un demi disque placé autour de son cou complète l’ensemble. Son buste est enfermé dans une sorte de boite cylindrique en bois. Ouf, pas bien méchant, Elsa craignait pire et trouve même l’accoutrement stupide.

mo04.jpg

« Allez, premier petit aménagement, tu vas aimer ».  
Kevin apporte deux sortes de pinces équipées chacune de deux fils électriques, un rouge et un noir. Elsa n’a pas eu longtemps pour comprendre la destination. Kevin passe les mains à l’intérieur du tube et elle ressent une morsure sur son téton gauche, puis sur le droit. Kevin raccordes les deux fils noirs à l’anneau métallique placé sur le disque à gauche de sa tête et les deux fils rouges à l’anneau de droite. Elsa commence à être inquiète, mais elle a promis, et le petit traitement exacerbe ses tendances sado maso …

« Un peu grand le tube, tu ne trouves pas ? Et puis, tes bras sont libres, je ne voudrais pas que tu enlèves les pinces, je vais arranger çà ! »
Kevin s’approche avec un petit seau contenant une matière jaunâtre et odorante et commence à verser le liquide visqueux dans le tube.

« Je ne sais pas si tu connais, c’est de la mousse expansive, elle a l’intéressante propriété de pouvoir multiplier son volume plus de 30 fois… à moins qu’on la verse dans une enceinte étanche, dans ce cas, elle remplit tout les plus petits interstices du volume, puis c’est la pression qui augmente »

mo05.jpg

Le seau est maintenant vide et Kevin s’empresse de refermer le tube avec un  dernier demi disque qu’il visse sur l’ensemble. Il bouche également tous les orifices du tube.

Elsa sent la mousse envahir lentement tous les espaces disponibles, puis c’est une pression uniforme sur toutes les parties de son buste, de ses bras, accompagnée d’une chaleur intense due probablement à la réaction chimique. Elle est écrasée de partout, son ventre, ses seins. Les pinces lui font mal. Puis il lui devient impossible de faire le moindre mouvement, son buste, ses bras, ses mains sont comme figés.

Puis Kevin la suspend pendant une bonne heure le temps de laisser la mousse complètement durcir. Elle a l’impression que la chaleur est toujours aussi intense, le coté isolant de la mousse probablement. Mais au moins pendant ce temps, ses pieds se reposent un peu.

mo06.jpg

« Te voilà prête, il est temps de commencer »

Quoi, ce n’étaient que les préparatifs !. Kevin l’accompagne jusqu’à un dispositif qu’elle ne connais que trop bien, un tapis roulant de gym.

Il la fait monter sur le tapis et attache les anneaux de sa « boite » à 2 chaînes accrochées au plafond.
Il lui demande de faire quelques pas, le tapis commence à avancer, c’est Elsa qui le fait avancer en marchant. Elle s’arrête et le tapis fait de même. Elle remarque un écran de contrôle fixé sur le mur qui semble indiquer la vitesse, 2km/h, quelques pointes à 5km/h. Elle marche seulement si elle en a envie et tout laisse supposer qu’elle ne va pas vraiment en avoir envie. Et puis les chaînes sont sympa, elle peut soulager la pression sur ses jambes et ses pieds. Kevin la laisse se familiariser quelques instants avec le tapis. Elle avance, accélère un peu le pas, s’arrête, comme Kevin la regarde, elle lui montre qu’elle est prête à coopérer, et il a l’air de le croire.

« Bon, j’ai une petite couse à faire, je reviens dans quelques temps, je te laisse t’entraîner »
Elsa s’est retenue pour ne pas pouffer de rire, çà marche, Kevin est finalement assez naïf. Pour augmenter la crédibilité, Elsa s’est mise à faire avancer la tapis pendant que Kevin s’éloignait.
Presque arrivé à la porte, il se retourne et revient vers Elsa .
« Etourdi que je suis, j’ai oublié un petit détail, mais avances un peu plus vite, j’adore voir tes jolies petites fesses se trémousser »

Flattée, Elsa fait un effort pour augmenter la vitesse, 3km/h, 4km/h, 5km/h. Kevin semble apprécier. Elsa le voit approcher du tableau de commande et tourner une petite clé placée sous le compteur.
« Dire que j’allais te laisser sans t’expliquer le fonctionnement du système. C’est simple, si tu descends en dessous de 3km/h, le système le détecte et envoie un courant électrique dans les chaînes qui te retiennes »

Elsa  mit un instant à réaliser que ses tétons étaient en fait raccordés aux chaînes. Nooon …
« Autre précision, il y a en haut de chaque chaîne un capteur qui a pour effet, chaque fois que la chaîne tire de plus de 5 kg de monter un peu plus le courant, mais il se passe 1 minute avant que le système se réactive pour te permettre de reprendre ton équilibre .

mo07.jpg

Sur ces paroles, Kevin quitte la pièce, laissant Elsa marcher seule sur le dispositif diabolique.
Cela fait plusieurs minutes qu’elle marche, la vitesse est redescendue, 3,4 km/h – 3,2 km/h, elle a une irrésistible envie de tester le système. Elle ralentit et dès que la vitesse atteint le seuil fatidique des 3 km/H, elle ressent de petits picotements sur ses tétons, comme si une main invisible les chatouillait à l’intérieur de la masse de mousse. Pas du tout désagréable … un vrai plaisir . Elsa reste sur le tapis, immobile à savourer l’instant. Elle sent le plaisir monter lentement en elle, et craignant l’effet d’un orgasme sur les capteurs elle remet le tapis en mouvement. Elle dépasse la vitesse fatidique et le courant s’arrête. Elle reste quelques instants au dessus de la vitesse puis arrête de nouveau le tapis, nouveau stimuli des tétons.

Elsa semble avoir trouvé le truc, ne pas marcher trop longtemps pour éviter de perdre l’équilibre et tirer sur les chaînes, éviter les orgasmes qui auraient probablement le même effet. Un subtil enchaînement bien réglé de marches et de repos permet de contrôler la situation. Sa seule frustration, ne pas pouvoir se laisser aller sous l’effet du stimuli des tétons.  
Et dire que Kevin pensait la punir, il s’est bien fait avoir. Elsa s’apprêtait à redémarrer le tapis quand une voix coupe son élan, la voix de Kevin, il était là, depuis combien de temps?
« Alors miss, on s’amuse au lieu de travailler, cela manque de motivation »
Kevin va vers le panneau de contrôle et tourne de nouveau la clé, les picotements de ses tétons s’arrêtent.


« Je vais finalement être sympa, je vais soulager tes pieds »
Kevin attache chacune de ses chevilles à des chaînes qui pendent du plafond. Elsa est suspendue dans les airs au dessus du tapis.

mo08.jpg

Il la laisse un bon moment suspendue aux chaînes, Elsa a un peu de mal à trouver une position pour ses jambes.

mo09.jpg

Elle sait que ses contorsions ne sont pas pour déplaire à Kevin. Elle trouve enfin une position stable, moins contraignante.

mo10.jpg

« Allez, tu t’es assez reposée, on va reprendre l’entraînement, je vais juste régler le courant, et puis non, c’est toi qui va faire le réglage toute seule »

Faire le réglage toute seule ? Dans cette position ?  
Elsa ne comprend pas ce que Kevin veut dire. Puis il retourne vers le tableau de commande pour tourner de nouveau la clé. Mais Elsa n’est pas sur le tapis, çà ne va pas marcher …
Les picotements dans ses tétons reprennent, normal, le tapis est arrêté, mais elle ne peut pas les stopper, pour cela il faut que le tapis avance …et qu’elle marche.

Finalement, plutôt sympa, Elsa va enfin pouvoir jouir sous l’effet des stimulis sans risque … sans risque, Nonnn …. Elle est suspendue aux fameuses chaînes, tout son poids …
« Je te laisse faire les réglages, un coup de fil à donner et je reviens »
Elsa se débat dans ses chaînes, mais peine perdue …

Les picotements sont maintenant devenus plus forts, le niveau du courant a déjà du augmenter 3 ou 4 fois. Kevin n’est toujours pas revenu. Le niveau continue d’augmenter, ce sont maintenant de longues brûlures qui traversent ses tétons. Le temps est interminable, plusieurs niveaux sont de nouveau franchis, Elsa ne tiens plus en place, elle se tord dans les chaînes sous l’effet des puissantes décharges qu’elle n’a pas la possibilité d’arrêter, tout ce qu’elle peut faire, c’est laisser le courant augmenter, faire le réglage comme Kevin l’a dit. A un moment, Elsa s’est demandée si ses tétons n’étaient pas en train de brûler sous la couche de mousse. Elle est dans un état second, les seins torturés sous l’effet son propre poids.

Puis tout s’arrête, elle ne l’avait pas entendu revenir, il a mis fin à mon calvaire. Le dispositif est maintenant arrêté, il n’a plus qu’à la libérer, elle croit avoir compris …

Kevin détache ses chevilles et ses pieds reposent de nouveau sur le tapis.
« Ok, tu as fini tes réglages, à moi de faire les miens, allez, 4 km/h, c’est bien …je serai toi, je commencerai à me dépêcher de marcher »
Elsa s’exécute et atteint les fameux 4 km/h juste avant que Kevin ne tourne la clé, ouf …
« Je te laisse travailler toute seule, la console est réglée pour s’arrêter au bout de 1 heure. Je vais faire quelques courses et  je rentrerai un peu plus tard, tu as un chronomètre sur l’écran, çà va t’aider à passer le temps « .  

Seule, sur ce truc, 1 heure, les réglages démoniaques. Mais le principal soucis d’Elsa est de maintenir la cadence, 4 km/h, une marche rapide pour elle avec ses maudits talons.

mo11.jpg

Elle se bat pour rester au dessus la vitesse fatidique, mais au détriment de l’équilibre, elle est quasiment en permanence en train de tirer sur les chaînes, rester au dessus de la vitesse coûte que coûte. Cela fait plus d’une demi heure qu’elle marche, elle ne sent plus ses jambes ni ses pieds, Elle marche machinalement, toujours soutenue par les chaînes. 45 minutes, le calvaire continue mais elle maintient la cadence, 55 minutes, elle n’en peux plus.

Elsa maintenait jusqu’à présent une vitesse d’environ 4,5 km/h, mais elle voit maintenant l’écran indiquer une baisse de régime, elle essaie d’accélérer de nouveau, impossible, 4,1 …. 4
Une douleur fulgurante dans les tétons, à la fois comme si on les lui arrachait et on les marquait au fer rouge … impossible d’arrêter cette douleur, la sensation de feu pénètre de plus en plus profondément dans ses seins, et elle est impuissante, le tapis est maintenant arrêté et bien arrêté. Elle est sûre qu’à l’intérieur de la cangue de mousse ses tétons sont carbonisés …
Le feu s’arrête, elle jette un regard à l’écran 1 heures, fini …

Elle reste suspendue aux chaînes, immobile sans trop s’appuyer sur ses pieds, le temps que Kevin revienne.

mo12.jpg

Elle entend un bruit de clé et de serrure derrière elle , Kevin est de retour, il va la libérer, et elle pense maintenant savoir marcher avec ses talons, il va être fière d’elle.

Mais, horreur ce n’est pas Kevin, c’est maintenant sa copine Karine qui est devant elle, elle a un peu honte d’être exposée ainsi devant elle dans cet accoutrement. Mais Karine en a vu d’autres, et l’essentiel est qu’on la libère, que ce soit Kevin ou Karine, peu importe.

Karine a son petit sourire narquois des grands jours, visiblement, la position d’Elsa la laisse pas indifférente …

« Coucou la puce, contente de te retrouver, tu ne te demandes pas comment j’ai eu les clés ?, j’ai rencontré un de tes copains qui sortait de l’immeuble il y a environ une heure, et étourdie que je suis, je ne t’ai pas dit qu’on sort ensemble depuis une semaine … Je n’ai pas franchement apprécié qu’il t’ai filé ce rencart. Mais j’ai réussi ma petite vengeance. Je lui ai proposé de boire un verre à la maison,  mais je crois qu’il n’a pas vraiment apprécié ce que j’ai versé dedans … efficace pour qu’il fasse un petit somme pendant que je le prépare. Je t’ai apporté une photo, tu vas aimer …

mo13.jpg

« Si, si, c’est bien lui sur la table, et je crois qu’il ne va pas essayer de se trop se débattre pour se libérer au risque de tomber de la table, avec ses bijoux  de famille exposés comme çà, c’est fragile ce truc et pas vraiment protégé en cas de chute, surtout à plat ventre …quoique avec toute cette farine de moutarde dont je l’ai enduit avant de l’enfermer dans le cocon de caoutchouc, et l’effet de la transpiration …ça devrait pas mal chauffer …  Je suis tranquille pour un bon moment … »

  

Ouf, Karine a puni son mec,  c’est à lui qu’elle en veut, pas à Elsa, en plus, elle ne pouvait pas savoir … Karine s’approche enfin d’Elsa, elle va être libérée, pas trop tôt, elle n’en peut plus … mais les paroles de Karine lui ôtent brutalement tout espoir .

« C’est ton tour, la puce, je pense que tu dois reprendre l’entraînement, mais je dois faire quelques modifications avant de te laisser continuer. Puis tu vas repartir pour 2 heures, mais je vais être cool avec toi, je vais régler le tapis sur 1 km/h »

Après les 4 km/h, deux heures à 1 km/h  ce sera une vraie balade, merci Karine, trop sympa.

« Je vais un peu modifier le fonctionnement du tapis, ce n’est plus toi qui va le mettre en mouvement et marchant, il sera réglé pour avancer tout seul à 1 km/h »

Elsa est ravie par cette délicate attention, plus besoin de surveiller la vitesse pour ne pas descendre en dessous du seuil fatidique, et de toute façon, Karine vient de désactiver le système électrique raccordé au boîtier du tapis et qui punissait ses tétons, elle a juste à marcher à la vitesse du tapis, sans se soucier du reste.

« Je te laisse essayer quelques minutes le temps de me faire un café » et Karine met en marche le tapis, Elsa se met à marcher gentiment sur le tapis, une balade …  » Je te préviens, l’essai compte pas dans les deux heures ». Elsa s’en moque bien, elle n’est pas à 5 minutes près.

mo14.jpg

Une pensée géniale traverse l’esprit d’Elsa, pourquoi marcher sur le tapis, il avance tour seul et ses tétons ne risquent plus rien. En écartant les jambes et en posant un pied de chaque coté du tapis, super … et l’idée de berner Karine ne lui déplait pas vraiment.

mo15.jpg

Elle n’entend pas Karine revenir et n’a pas le temps de rectifier sa position, mais Karine semble ne pas avoir remarqué…

« Ok, maintenant que tu es à l’aise, on va pouvoir commencer la séance, mais j’ai quelques aménagements à te proposer. Je vais finir de t’équiper avant de bien t’explique les tenants et aboutissants, mais avant tout, je préfère te prévenir, tu n’auras rien à envier à Kevin, sa punition n’est rien à coté de ce qui t’attend »

Karine commence par lui mettre un bâillon de caoutchouc, un modèle gonflable qu’elle gonfle modérément  et dont elle raccorde le tube de gonflage à un petit raccord placé au dessus d’Elsa. « Nécessaire car je pense que dans quelques minutes tu vas te mettre à hurler … »

Puis c’est un plug en caoutchouc, Karine prit soin de le montrer à Elsa avant de l’introduire dans ses fesses. Un modèle gonflable lui aussi, muni du traditionnel tube de gonflage mais aussi d’un long câble électrique. Elsa compris tout de suite l’utilité du câble. Tube et câble sont aussi raccordés au dessus d’Elsa.

Puis Karine s’occupe de l’entre jambes, Elsa ne peut pas voir l’ énorme gode qui est introduit dans son sexe, un imposant modèle, mais de consistance plutôt flasque, une étrange sensation. Puis c’est une douleur à son clitoris, probablement une pince qui est placée. Elsa aurait voulu hurler à sa copine d’arrêter quant elle la voit raccorder deux nouveaux câbles au dessus de sa tête, mais seulement un grognement est perceptible, grâce à efficacité du bâillon.

« Allez, courage, j’ai terminé » Karine semble contente d’elle.

« J’explique à ma puce. Je commence par les fesses, le plug est prévu pour être gonflé,. Le gode dans ta chatte, un peu particulier, il est en latex très flexible et renferme dans son extrémité une grosse boule de mercure, qui a pour effet de considérablement le lester et d’agiter furieusement l’extrémité au moindre mouvement. Je vais te faire faire un essai pour que tu te rendes compté du coté démoniaque. ».

Karine remet le tapis en route et Elsa reprend sa marche. Le gode est effectivement une engin dévastateur, il n’ a pas 20 secondes qu’elle se déhanche et elle est déjà au bord d’un orgasme qui s’annonce dévastateur. Karine a pitié et arrête le tapis.

« Je n’ai pas fini mes explications ma puce, je continue, le gode est fabrique dans un mélange à base de latex, mais qui a la propriété de conduire l’électricité. La pince que tu as sur le clitoris est métallique. »

« Tous ces équipements sont reliés à un dispositif au dessus de toi que je trouve personnellement génial … tu aimeras peut être moins, je t’explique le fonctionnement. Le seul truc qui est encore utilisé de ta séance précédente, se sont les capteurs de tension des chaînes qui te relient au plafond. Ils étaient réglés sur 5 kg chacun, j’ai modifié le réglage à 2 kg, ils vont se déclancher si tu tires plus que 4 kg sur les chaînes, mais en marchant à 1 km/h, çà doit pas être un problème pour toi !. A oui, j’oubliais le principal si tu dépasses les 4kg ?, et bien, c’est la châtaigne, une décharge dans tes tétons, mais aussi maintenant dans ton sexe et ton clitoris, le clito, je crois que c’est le pire …Petit détail, mais qui a son importance, la durée, eh bien tout bonnement proportionnelle à la surtension dans les chaînes, les kg en secondes. Pour t’expliquer simplement, jusqu’à 4 kg, rien, 5kg çà fait 1 seconde, 8 kg  = 4 secondes, 10 kg = 6 secondes, etc, mais çà c’est vrai jusqu’à 40 kg  = 36 secondes, mais au delà des 40 kg, on ne compte plus en secondes mais en minutes, juste pour te dissuades de te laisser aller … imagine 40 kg, çà fait 36 secondes, mais 41 kg c’est 37 minutes … médite un peu avant de te laisser aller. »

« Autre information pour ton plug et ton bâillon, ils sont prévus pour pouvoir être gonflés un peu plus, là aussi, c’est toi qui décide. Le moindre bruit capté par le bâillon va déclancher un gonflage supplémentaire pour éviter que tu ameutes les voisins, plus le bruit est fort, plus il est gonflé, mais il ne se dégonfle jamais, la pression ne peut qu’augmenter. A oui, précision, le gonflage du plug se fait en même temps que celui du bâillon. Tu sais tout, bientôt çà va être à toi de tester tout çà …, ne bouge pas, je mets tout en marche ». Elsa entend Karine basculer 3 interrupteurs au dessus d’elle. Karine a tout mis en marche, sauf l’avance du tapis, juste pour qu’Elsa assimile bien les subtilités de gadgets qu’elle a installés.

« Mummm…il…ug…oua…uhhggg ? » Elsa s’est aventurée à essayer de parler et de lui hurler de ne pas le faire, mais ces tentatives pour se faire comprendre sont contrariées par l’augmentation du bâillon et le plug écarte un peu plus son anus.

« Oui, ma puce, excuse moi, j’ai oublié » Karine habituée aux baillons de toute sorte a décodé la question d’Elsa. 3 mots « fil, plug, quoi », elle s’inquiète pour le câble électrique du plug. Question stupide dont elle aurait pu se dispenser tant la réponse parait évidente, elle aurait évité de faire réagir le bâillon et le plug … »Et bien non, ce n’est pas ce que tu penses, pas d’électrode de ce coté là. Le plug est muni d’un petit dispositif, un capteur de pression qui mesure en permanence les muscles de tes sphincters, comment tu serres les fesses en quelque sorte, mais  malheureusement pour toi, il ne fait pas que mesurer, si tu relâches la pression, le capteur envoie un signal qui a pour effet d’augmenter d’un cran le réglage d’intensité du courrant …tu peux ainsi constater si tu as bien serré les fesses entre deux tensions dans les chaînes. ». « Je vais te faire une démonstration, ou plutôt c’est toi qui va la faire. » C’est le même dispositif que pendant ta première séance, mais Kevin avait eu la délicatesse de limiter le courant à 5000,  

Karine met le dispositif à l’arrêt et règle l’intensité au mini du réglage, 1. Elle pousse le vice jusqu’à poser le boîtier indicateur juste devant le visage d’Elsa, c’est un indicateur digital qui marque pour l’instant 0001, au dessus est in inscrit « full range 99999″, mais Elsa et l’anglais … .  Puis elle attache les jambes d’Elsa qui reste suspendue au dessus du tapis.

« Accroche toi, ma puce, je vais mettre en route. » Elsa cogite à 100 à l’heure, ne pas parler, serrer les fesses, ne pas bouger, ne pas tirer sur les chaînes, … les chaînes, elle est pendue après, … Noooon …, elle pèse 55kg.

mo16.jpg

Karine remet finalement le dispositif en fonctionnement, aussitôt Elsa ressent de léger picotement dans des tétons et au niveau de son entrejambes, pas désagréable du tout, bien au contraire. Elle sait qu’elle doit impérativement rester tranquille. Elle reste ainsi quelques instants avant de tester le plug, elle relâche lentement la pression, elle ne ressent pas vraiment grand chose mais l’indicateur a légèrement réagi, il indique maintenant 0003, elle resserre les fesses. Elsa est presque amusée par le truc, elle commande l’affichage avec ses fesses, génial, nouvel essai 00004, puis un autre 00007. Elsa commence à penser que Karine l’a bluffée sur le plug ou le truc déconne, l’indicateur monte mais pas le courant. Elsa tente un petit bruit de gorge, le bâillon et le plug réagissent imperceptiblement, au moins un truc qui fonctionne …

Petite réflexion  dans la tête d’Elsa. Elle aura en fait 3 trucs à gérer. D’abord, marcher au grès du tapis en laissant les chaînes libres, serrer les fesses, et ne pas parler, assez facile finalement, et Karine qui pensait la punir sévèrement ! Karine va en être pour ses frais.

Elsa, fesses serrées, continue à se laisser bercer par les petits stimulis de ses seins, de son sexe et son clitoris, très agréable mais un peu frustrant, pas assez intense pour la faire s’envoyer en l’air, quoique, avec le bâillon, c’est pas franchement recommandé, sans compter le fait que immanquablement elle relâcherait ses fesses si çà devait arriver.

Elle arrête ses cogitations lorsque brutalement les picotements s’arrêtent, presque à regrets, elle s’était faite à l’idée de rester un bon moment ainsi. Mais Karine à abrégé le test.

Elsa reste suspendue quelques instants, et brutalement une horrible pensée lui traverse l’esprit, le plug, elle a oublié le plug … quand elle va marcher sur le tapis, c’est l’orgasme assuré, et elle a toujours crié en s’envoyant en l’air … le bâillon, le plug … nooon.

Elle se tortille et essaie de crier à Elsa qu’elle lui pardonne et la libère, mais le seul effet est un nouveau gonflement dans sa bouche et ses fesses.

Mais non, j’ai mon astuce, Karine ne va forcément rester, elle doit s’occuper de Kevin, et si je laisse les jambes écartées de chaque coté du tapis comme tout à l’heure, je peux rester les 2 heures comme çà, Karine va se faire avoir, pas vraiment futée, la copine..

« Un rapide check avant de décrocher tes jambes, réglage 2 heures, c’est bon, le boîtier qui commande le courrant maintenant, je vais être sympa, je remets le réglage d’intensité à 1, le deuxième bouton range, j’ai pas la notice, Kevin l’avait mis sur range 2000, je sais pas pourquoi, full range, c’est bien  et  j’en profite pour  dégonfler un peu ton bâillon »

Karine libère les jambes d’Elsa des chaînes et elle peut de nouveau poser ses talons sur le tapis.

mo17.jpg

Plus que ses entraves au niveau des genoux et des chevilles à enlever et Elsa sera prête pour sa promenade de 2 heures sur le tapis, ou tout au moins ce que Karine doit croire.

« Allez ma puce, avant de tour remettre en route, j’ai un bonne nouvelle et disons, une … moins bonne. Je commence par la bonne, il faut que j’aille m’occuper de Kevin et je ne vais pas pouvoir rester à t’admirer. Pour ce qui est de l’autre, je pense que tu as deviné, j’ai pas vraiment prévu de détacher tes jambes …devines pourquoi ? »

Les paroles de Karine ont fait l’effet d’une douche froide, Elsa est terrorisée par l’annonce de sa copine et tout son plan s’écroule. Elle n’arrive même plus à penser à ce qui serait le moins traumatisant pour elle, mais de toute façon, c’est un peu tard.

Karine met en route l’ignoble dispositif, les interrupteurs claquent de nouveau et le tapis se met en mouvement.

« Allez, c’est parti pour 2 heures, bye ma puce. Mais je te préviens, je ne reviendrai te libérer que demain, tu n’auras qu’à te reposer en m’attendant quand tu auras fini ta balade.  Sois sage en m’attendant. A demain »

Le chronomètre indique 120 minutes et le compte à rebours commence.

Elsa n’a pas d’autre solution que d’accompagner le tapis en sautillant, elle ferme les yeux pour essayer de se concentrer, mais le gode est en train de la ravager, c’est pire en sautillant qu’en marchant, elle essaie de maintenir les fesses serrées, mais elle présume de ses capacité, impossible avec chaque saut. Elle rouvre les eux pour vérifier le compteur et s’aperçoit avec horreur qu’il augmente d’une unité à chaque saut, elle va rapidement arriver à 5000 à ce rythme, elle revoit l’inscription au dessus du compteur « full range 99999″, elle a peur d’avoir compris.

Elle détourne son attention du compteur au moment où le gode diabolique la fait exploser, l’effet est  dévastateur, le hurlement déclanche immédiatement le gonflage du bâillon et du plug, et une violent traction sur ses chaînes déclanchent aussitôt des picotements sur ses endroits les plus sensibles, pas trop méchant, mais çà lui semble durer une éternité avant de s’arrêter, mais en fait çà n’a pas dépassé les 10 secondes. Elle reprend son petit bonhomme de chemin en sautillant, tout en sachant que le gode allait de nouveau la stopper dans son exercice.

mo18.jpg

Dans un moment de lucidité, elle essaie de faire une rapide estimation. Elle fait environ un sautillement toutes les secondes, le compteur à l’air d’augmenter d’une unité à chaque sautillement, çà fait 1 unité toutes les secondes, 2 heures, çà fera dans les 7200 s si elle maintient se rythme, elle a déjà supporté le réglage à 5000 de Kevin, 7200 çà doit être supportable, mais c’étaient les seins, pas le clito et le sexe ? elle ne connaît pas l’effet.

Un nouvel orgasme la titre de ses réflexions, tout aussi ravageur que le premier, mais elle a l’impression qu’il a mis plus de temps pour se déclancher … plutôt bon signe. Elle perd un instant sa concentration et manque de chuter sur tapis, retenue par les chaînes, nouvelle punition, cette fois plus longue, Elsa avait même un moment craint d’être allée au delà des 40 kg mais non, la punition s’arrête rapidement. Les agréables picotements ont maintenant fait place à de petites décharges électriques, effet du compteur qui augmente inexorablement.

Le plug des fesses est devenu énorme et commence à la faire souffrir horriblement d’autant plus qu’elle essaie toujours de serrer les fesses au maximum pour tenter de limiter le courant. Elle a déjà l’impression que sa bouche va exploser sous l’effet du bâillon, l’insonorisation est maintenant complète, mais seulement vers l’extérieur, ses gémissement inaudibles ont toujours pour effet de gonfler le bâillon toujours un peu plus.

Troisième orgasme, Elsa réussit à ne pas tirer sur ses chaînes et  cette fois pas de décharge, elle est fière d’elle mais sait que ce ne sera pas le cas à chaque fois, d’autant plus qu’elle va finir pas se fatiguer. Se fatiguer, combien de temps lui reste t’il?.

Rapide coup d’oeil au chronomètre, plus de chiffres affichés, mais un message « time error, no auto stop ».

Le message est en anglais, mais Elsa l’a bien compris, … il faut oublier les 2 heures ….

2 Commentaires à “CHAPITRE 1 – Apprentissage des ballet boots pour Elsa”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire

  1. Super récit

    Spongebob a dit ceci

  2. suprebe
    le dressage et les punitions sont remarquables
    si la réalisation de ce dispositif est possible ou existe
    j’aimerais pouvoir en bénéficier !

    Anonyme a dit ceci


claandtoys |
Sexy Story |
Voyage au pays des rondeurs... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | couple libertin
| Sexe, domination et soumission
| dominadiana